Top Section

Direction De La Protection de la Jeunesse

Corporation

About Direction De La Protection de la Jeunesse

About Direction De La Protection de la Jeunesse

Reasons
Mask tyrant Government tools of terror Kids kidnappers Criminal Organization
Category
Governments
Parent Corporation
Québec
Location
1001 Boul. de Maisonneuve E, Montréal, QC H2L 4P9, Canada
Phone Number
+1 514-896-3100
Description

Gestapo quebecoise responsable du vol "legal" de vos enfants, si vous refusez de leur mettre la couche/masque covid le directeur de l'ecole se fera un plaisir de les contacter.

189 000$ par annee de budget pour CHAQUE enfant sous gestion... Payez par vos impots les caves... Pas pire ca!

Protection de la jeunesse, elle est bonne celle la!

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1788757/dpj-agression-enquete-jugement-audience-sans-preuve

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1697964/pandemie-dpj-enfants-acces-cour-superieure-coronavirus-covid-19

https://www.journaldemontreal.com/2021/04/22/la-dpj-pourra-forcer-le-depistage

La Gestapo, acronyme tiré de l'allemand Geheime Staatspolizei signifiant « Police secrète d'État », était la police politique du Troisième Reich. Fondée en Prusse par Hermann Göring, son pouvoir s'étendit ensuite, sous l'impulsion de Heinrich Himmler, à l'ensemble du Reich et des territoires envahis par ce dernier au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Intégrée à partir de 1939 au Reichssicherheitshauptamt (ou RSHA en abrégé, « Direction générale de la sécurité du Reich ») de Reinhard Heydrich, elle fut successivement dirigée par :

Rudolf Diels (en tant qu'organisation prussienne) de 1933 à 1934 ;

* Reinhard Heydrich de 1934 à 1936 ; puis de 1936 à 1939 (en tant que directeur de la Sipo, englobant la Gestapo) ;
* Heinrich Müllera de 1939 à 1945.
* Chargée de lutter contre les opposants internes ou externes, réels ou supposés, puis contre les adversaires du régime nazi ou les résistants dans les pays occupés, elle fut, par ses exactions, synonyme de terreur et d'arbitraire. Elle joua un rôle essentiel dans l'extermination des Juifs d'Europe, notamment via l'Amt B4 (bureau B4), dirigé par Adolf Eichmann.

Active jusqu'aux derniers jours du régime nazi, elle fut condamnée en tant qu'organisation criminelle lors du procès de Nuremberg.